Couleurs de Chine

Voyager pour aller à la rencontre des artisans du textile.

Aout 2018, Mon travail me mène jusque dans la région du Guizhou, en Chine. Au gré de rencontres et divers échanges, me voilà partie pour trois jours, sac sur le dos, direction Danian, village de la région voisine du Guangxi.

Dans ce petit bourg perdu au milieu des montagnes se trouvent les bureaux de l’association Couleurs de Chine créée il y a 20 ans par Françoise Grenot-Wang. L’association a pour but d’aider à scolariser les jeunes filles issues des minorités et de valoriser le patrimoine culturel Miao et Dong.

Stéphanie, la responsable, m’accueille et m’offre l’opportunité de rencontrer des femmes aux mains de fée et aux savoir-faire extraordinaires. Nous nous rendons dans différents villages Dong et Miao, éparpillés dans les montagnes environnantes. Chez les Dong, je découvre le tissage manuel portatif. Le métier est monté de manière à pouvoir accrocher une extrémité la taille et l’autre à n’importe quel banc, chaise ou même tronc d’arbre. Les tisserandes peuvent ainsi emporter et poursuivre leur ouvrage n’importe où. Elles réalisent des rubans tissés qui serviront de hanses pour leur sac à main ou de sangle pour les porte-bébé traditionnels.

Chez les Miao, c’est la broderie qui est à l’honneur. Dessins d’oiseaux, petits personnages et fleurs aux milles et une couleurs ornent les costumes traditionnels et racontent les histoires des villages. Les motifs sont tracés et découpés à la main sur un papier que les brodeuses posent sur le tissu et recouvrent de passé plat, point lancé et point de nœuds. Ces travaux d’aiguille et de tissage colorés sont extrêmement précis et requièrent rigueur et patience.

Pour ces femmes, ce sont des passe-temps. La plupart du temps, elles travaillent dans les rizières, ou en ville dans les usines. Leurs savoir-faire ne sont pas particulièrement reconnus en dehors de leur cercle d’artisans et ces travaux ne leur rapportent qu’un maigre revenu qui ne leur permet pas de subvenir à leur besoin.

En lien avec l’association, Stéphanie et moi souhaitons aider ces femmes à mettre en avant leurs créations et à les vendre afin qu’elles puissent rester dans leur village avec leur famille et envoyer leurs enfants à l’école. Je repars de Danian avec des idées plein la tête, certaine que le projet n’en restera pas là et que je reviendrai pour travailler avec ces artisans des merveilles.

C’est une affaire à suivre de près.

 

Découvrir l’association: https://www.couleursdechine.org/

Suivre l’association: https://www.facebook.com/couleursdechine.org/