Coton

J’ai découvert en septembre 2019 un arbre à coton aux portes du désert marocain à Tagounite, au bout de la vallée du Drâa. Alors que je venais depuis plusieurs mois, pour la première fois je voyais ces boules blanches un peu partout dans le village.

Je suis restée interrogative devant cet arbre qui on le sait nécessite énormément d’eau pour être produit. Je me suis renseignée auprès des villageois sur sa présence surprenante dans cet environnement si aride. On m’a simplement répondu que ces plants de coton avaient toujours été là, mais que personne ne s’en occupait ou n’utilisait cette ressource.

Ils sont probablement les vestiges des caravanes qui remontaient de Tombouctou pour rejoindre Marrakech et les autres villes marocaines. Les graines de coton ont dû tomber des chargements des marchands du désert et ont poussé devant les maisons. L’arrosage a dû se faire de manière indirect par les rejets d’eau de ménage des foyers.

Avec plusieurs connaissances sur place, nous avons entrepris de ramasser ce qui est existait pour voir si ces fleurs cotonneuses pourraient avoir un résultat textile intéressant.

Les boules de coton ramassées ont été nettoyées et manipulées comme la laine que beaucoup de femmes savent filer au Maroc. Les premiers essais sont encore en cours et il faudra probablement de nombreux tests pour obtenir un fil correct.

Au moment où je découvrais ces boules de coton je rencontrais Annie de l’association Voyage Textile basé à Chinon en France. Elle a parcouru le monde pour rencontrer des fileuses de coton et connais donc bien la technique pour réaliser des fils à la main. Ces premiers essais ont aussi été encourageants.

Ce projet de faire du fil de coton 100% marocain est encore tout petit et le restera très probablement. L’objectif n’est pas de faire des plantations de coton car cela serait néfaste pour l’environnement comme nous avons pu l’observer bien trop tard dans les plaines d’Ouzbékistan. Aujourd’hui ces plants existent, et il serait intéressant d’utiliser ce coton local ne nécessitant aucun pesticide pour faire du fil artisanal.